Simply Clever - We love cycling - Tour de France : pas de bisous sur le podium !

Tour de France : pas de bisous sur le podium !

04/09/2020

C’est une Grande Boucle très particulière qui a débuté le 29 août à Nice à huit clos, pour se terminer le dimanche 20 septembre à Paris. Décalé dans le temps à cause du confinement, le Tour de France 2020, avec ŠKODA toujours parmi les sponsors principaux, est une bouffée d’oxygène pour le sport et pour le tourisme. Mais il doit prendre des mesures s’il veut rejoindre Paris.

On l’attendait comme le soleil après la pluie, le sourire après les larmes, le calme après la tempête (quoique…) : grande fête populaire s’il en est, le Tour de France a bien lieu cette année. Cette 107e édition était bien sûr prévue, comme toutes les autres, fin juin-début juillet. Mais l’épidémie de Covid-19 en a décidé autrement. Tout le calendrier cycliste a dû être revu, et la Grande Boucle postposée de deux mois.


Une première depuis 1903

Pour la première fois depuis sa création, en 1903, le Tour débute donc à la fin de l’été, qui coïncide avec la rentrée scolaire et professionnelle, alors qu’il mettait l’ambiance pendant la période des vacances. Qu’à cela ne tienne, toutes les villes étapes pavoisent déjà. Pour le Grand Départ, cela fait plusieurs semaines que Nice voyait tout en jaune. La célébrissime Promenade des Anglais arbore, quant à elle, les couleurs des maillots du Tour : jaune, vert, pois rouges, blanc…

Triple bulle

Fin août début septembre, il y a évidemment beaucoup moins de monde au bord des routes. Dans les conditions sanitaires actuelles – qui évoluent de semaine en semaine -, ce n’est pas une mauvaise chose. Amaury Sport Organisation (ASO) voit les participants à l’événement répartis en trois bulles : celle des coureurs, celle des accrédités en général, et celles des supporters.

« Tout va être fait pour que ces gens-là se croisent le moins possible, déclare à l’envi Christian Prudhomme. Vous ne me verrez pas serrer la main d’un coureur, ça c’est une évidence », dit encore le patron du Tour.

Bye bye bisous

Cela signifie aussi que les vainqueurs d’étape, de catégorie et autres n’auront pas droit aux traditionnels bisous de la part des charmantes hôtesses les entourant sur le podium. Pas de poignées de main de la part des organisateurs, élus locaux ni partenaires non plus, et le coureur en tête du classement général montera sur le podium déjà porteur de sa célèbre vareuse jaune !

Ça va grimper !

Concentré sur la moitié sud du pays, le Tour 2020 est très montagnard, dès la première semaine, ce qui est assez inhabituel. Ce n’est d’ailleurs que la septième fois qu’il démarre du sud depuis sa création, il y a 117 ans. Mais qui dit montagne dit routes étroites, où le public sera limité au maximum.

Pour éviter l’afflux massif de supporters, l’organisation pratiquera le filtrage, comme il l’a déjà fait pour certains cols très difficiles, ou pour des raisons de sécurité, depuis les attentats de 2016. « Dans les cols, on favorisera ceux qui montent à pied, à vélo ou dans les transports mis en place par les collectivités », déclare Christian Prudhomme.

Enrayer toute chaîne de contamination

Enfin, le 21 août, ASO a pris une mesure destinée à enrayer toute chaîne de contamination : « Si deux personnes ou plus d’une même équipe présentent des symptômes fortement suspects ou sont testées positives au Covid-19, l’équipe concernée sera exclue. » Ce qui serait un drame pour les coureurs, l’équipe, les sponsors… Chacun fera un maximum pour éviter cela donc. Cette disposition du règlement sera d’application à partir du 26 août, soit trois jours avant le départ de la course.

Conditions inédites

Au final, les cartes sont complètement rebattues. La course pourrait en être encore plus passionnante ! Ainsi, un coureur a toujours sa période de forme ou de méforme. Si l’une des deux est d’habitude en mai, comment se sentira-t-il en septembre ? D’autant que sa préparation a déjà été perturbée… Une première semaine montagneuse et chaude ne va-t-elle pas couper les jambes à certains ? La suite, dans les Alpes, la Savoie et la Haute-Savoie, risque d’être placée sous le signe de la fraîcheur et, qui sait, de la pluie ou du vent...

Allez Eddy !

En Belgique, depuis plusieurs mois, la pratique du cyclisme est en expansion, on l’a vu notamment aux ventes de vélo qui ont bondi.

Chez nous, tout le monde a en mémoire le magnifique Grand Départ, l’an dernier, à Bruxelles. On y a fêté le centenaire du maillot jaune, mais surtout, pour nous, le cinquantième anniversaire de la première victoire au Tour d’Eddy Merckx, le ketje de Meensel-Kiezegem, en Brabant flamand.

Passer son Tour...

Christian Prudhomme le répète, pour demander des autographes aux champions, il faudra passer son Tour… Comme les pilotes Formule 1, les stars du vélo garderont leurs distances. Mais, au bord des routes, devant le petit écran ou à la radio, cette 107e édition pourrait bien être aussi passionnante que celle de 2019 !

  • Partager cet article
  • Partager

S'abonner à notre newsletter mensuelle !

Vous aimerez aussi

ŠKODA Road Cycling Challenges : 4 «classiques» à ne pas manquer ! - S'amuser

Les ŠKODA Road Cycling Challenges proposent 4 «classiques» aux amateurs de cyclisme. Carl Vansteenkiste de Golazo en a reconnu le parcours pour nous !

En savoir plus

22/07/2021
Cyclisme

Les Belgian Gravel Series ont démarré ! - S'amuser

Les Yuzzu Gravel Series : une première en Belgique ! Carl Vansteenkiste (Golazo) partage avec vous 10 bonnes raisons de découvrir le gravelbiking.

En savoir plus

25/06/2021
Cyclisme

Philippe Gilbert, le panache ! - S'amuser

Philippe Gilbert, son portrait.

En savoir plus

22/06/2021
Cyclisme

Philippe Gilbert le battant ! - S'amuser

Nos questions à Philippe Gilbert

En savoir plus

22/06/2021
Cyclisme